Whisky Japonais

Le Japon à Paris > Food & Drink > Whisky Japonais

Parmi les alcools incontournables dans le monde, il faut bien sûr citer le whisky. Originaire d’Écosse, cette boisson s’est depuis exportée et est désormais fabriquée dans de nombreux pays du Globe, notamment le pays du soleil levant. En effet, le whisky japonais est très réputé dans le monde et il connait un grand nombre d’adeptes. Découvrons ensemble quels sont les secrets de ce nectar savoureux !

L’histoire surprenante du Whisky Japonais

Un cadeau venu des États-Unis

Le Japon découvre le whisky occidental dans les années 1850 à l’occasion de la visite du commandant Matthew Calbraith Perry. Il se rendait sur l’archipel dans le but d’ouvrir de nouvelles routes commerciales avec le Japon. Comme le voulait la tradition, il avait chargé son navire de différents cadeaux à destination de l’empereur, mais aussi de la population. Parmi eux, des futs de whisky. Le fameux nectar est alors dégusté par les Japonais pour la première fois, et ils sont surpris par ses saveurs si complexes et tellement éloignées de leur saké national.

histoire whisky japonais

Un étudiant en chimie séduit

S’il ne faut citer qu’une seule personne à qui on doit l’arrivée du whisky au Japon, c’est bien sûr Masataka Taketsuru. Le jeune homme, étudiant en chimie, appartient à une famille investie dans la vente de saké. Rapidement, il développe un vrai goût pour cette boisson est bien décidé à en percer tous les mystères. Pour ce faire, il part étudier auprès de maîtres distillateurs, à Glasgow, en Écosse, en 1918. Il y fait son apprentissage et apprend toutes les techniques utilisées dans le berceau du whisky. A son retour, dans les années 20, il collabore avec Shinjiro Torii, l’autre père du whisky japonais, afin de fonder la distillerie Yamazaki, encore incontournable près d’un siècle plus tard.

Par la suite, Masataka Taketsuru ouvre sa propre distillerie de whisky, en 1934. C’est alors qu’il créé la marque Dainipponkajū, qui deviendra Nikka, dans la périphérie de Kyoto.

Malgré le travail acharné de l’ancien étudiant chimiste, le whisky japonais mettra un peu de temps à trouver son public et a rencontré le succès qui est le sien désormais. Tout cela grâce à l’acharnement d’un seul homme.

Pour être considéré comme whisky japonais, la seule condition était que l’alcool soit produit sur le territoire. Cela laissait donc une grande liberté aux producteurs qui ont pu allègrement exploiter les options qu’ils avaient et ainsi réaliser une boisson unique. Ils ont pu tester des techniques de fermentation uniques et exploiter complètement l’environnement qui se trouvait autour d’eux.

Un environnement qui influe sur le goût

Le whisky ayant été originellement fabriqué en Europe, il connait lors de sa confection au Japon un environnement extrêmement différent. Celui-ci aura d’ailleurs un impact sur le résultat final. En effet, la topographie japonaise est très montagneuse. Dans le pays du Soleil Levant, on distille le whisky à bien plus haute altitude que sur le Vieux Continent ce qui joue sur son goût. Grâce à cette altitude située généralement entre 700 et 800 mètres au-dessus du niveau de la mer, l’élimination des toxines est facilitée et les arômes sont plus riches. De plus, l’eau des montagnes utilisée lors de la distillation est particulièrement pure, ce qui fera une différence notable.

Une boisson polyvalente

Généralement plus léger que le whisky écossais, irlandais, ou bien américain, sa version nipponne est moins forte et plus douce. Cela lui confère une plus grande polyvalence en termes de moments de dégustation. En effet, un whisky occidental se servira principalement au moment de l’apéritif ou bien après manger en tant que digestif ; tandis qu’un whisky japonais peut accompagner un repas. Il peut d’ailleurs tout aussi bien être bu à l’heure du déjeuner que celle du dîner. En plus de sa légèreté, ses saveurs s’accordent très bien aux notes umami, souvent proches du sucré, typiques de la cuisine japonaise. Le whisky peut donc aisément remplacer le vin à table lors d’un repas japonais.

Un prestige international

S’il est produit depuis pratiquement un siècle sur le sol japonais, le whisky nippon ne s’est réellement fait connaitre dans le monde qu’il y a peu de temps. Ce breuvage a commencé à remporter de nombreux prix et donc intéresser les plus fins connaisseurs en matière de spiritueux. Des dégustations sont souvent organisées et des prix continuent à être gagnés lors de diverses compétitions ayant lieu à travers le globe. Par ailleurs, le whisky japonais affiche souvent des prix élevés. C’est une boisson qui se dégustera la plupart du temps pure, pour en apprécier toute la finesse. Il peut parfois être mélangé à un peu d’eau, mais n’est que rarement utilisé pour confectionner des cocktails, pour ne pas masquer la finesse de ses saveurs.

whisky japonais ice ball
Le whisky japonais « Ice ball »

Comment déguster un whisky japonais ?

Comme dans de nombreux domaines au Japon, le nettoyage d’un couteau ou encore la préparation du thé, la dégustation de whisky est un art à part entière. A commencer par le choix du verre. Contrairement à ce que l’on fait habituellement en Occident, en attrapant un verre short drink, ou un tumbler à fond plat, c’est un autre type de verre qu’il faudra prendre. Pour faire ressortir tous les arômes du whisky japonais, rien de tel qu’un verre ballon comme par exemple un verre à Cognac. Toutes les saveurs pourront alors s’exprimer et se révéler comme il se doit.

Les 4 modes de dégustation

En plus du choix du verre, vous avez plusieurs options pour agrémenter votre whisky selon vos préférences et le moment de la dégustation :

  • Sec : Il s’agit de la manière la plus simple et classique de boire son whisky. Aussi appelée Straight en anglais, ici l’alcool est bu sans eau et même sans glaçon. Dans ce cas, on recommande d’avoir un verre d’eau à côté car le whisky japonais est fortement dosé en alcool.
  • Mizuwari : Le whisky japonais est souvent mélangé à de l’eau lors de la consommation. Quand on parle de Mizuwari, c’est qu’il est associé à de l’eau plate. On ajoute selon les goûts deux à cinq doses d’eau pour une dose de whisky. Choisissez bien sûr une eau neutre pour ne pas dénaturer les saveurs du whisky.
  • Haibo-ru : Même chose que pour le Mizuwari, mais cette fois-ci avec de l’eau pétillante. L’idéal au moment de l’apéritif pour une touche plus festive grâce à l’effervescence.
  • Twice-up : Enfin, vous pouvez déguster votre whisky japonais dans un verre à vin avec une dose de whisky pour une dose d’eau de source.
savoureux whisky japonais
Quoi de mieux qu’un savoureux Whisky Japonais

Quelles différences entre le whisky japonais et écossais ?

En toute logique, les whiskies japonais et écossais étant produits dans des régions très éloignées, présenteront forcément des différences. Nous vous le disions plus haut, l’environnement influe sur les saveurs, et le whisky japonais s’est construit avec une grande liberté et via de nombreuses expérimentations. Voyons les principales différences entre ces deux nectars de légende.

Un whisky moins tourbé

Pour commencer, le whisky nippon aura tendance à être moins tourbé que son homologue écossais. La raison est très simple, là-bas, la plupart des distilleries sont installés dans des régions côtières où la tourbe est naturellement présente. Cette dernière est utilisée pour le séchage de l’orge lors de la phase du maltage. Bien évidemment, les producteurs japonais utilisent également parfois de la tourbe dans leurs fabrications, mais, quand c’est le cas, dans des proportions bien moindres.

Une grosse production

En Écosse ou en Irlande, on trouve un très grand nombre de distilleries différentes. Il y a beaucoup moins de marques distinctes au Japon. Ainsi, pour répondre à la demande toujours grandissante du public, les enseignes doivent réaliser de plus grosses productions pour éviter les pénuries et ruptures de stock. Tout cela en continuant de tester de nouvelles combinaisons, ou de nouveaux dosages pour perfectionner chaque fois un peu plus les techniques.

L’orge utilisé

Île assez petite, le Japon doit choisir ses cultures. Et celles d’orge présentes sur ses sols ne sont pas adaptées à la production de whisky. Le pays doit donc faire venir de l’orge cultivée en Europe afin de produire son whisky dans de bonnes conditions.

Le filtrage effectué

En Occident, le whisky est souvent filtré grâce à une couche de charbon. De leur côté, les Japonais utilisent régulièrement du bambou pour purifier et enrichir l’alcool. On retrouve ainsi un mix perpétuel entre tradition et innovation dans toutes les étapes de la fabrication du whisky japonais.

marque whisky japonais
Les marques de whisky japonais populaires

Les 5 marques incontournables de whisky japonais

Au fil des années, plusieurs distilleries de whisky japonais ont vu le jour dans le pays et sont devenues des enseignes incontournables de la production de cet alcool. En voici quelques-unes à connaître pour savourer les meilleurs whisky nippons :

Nikka

Nous vous en parlions plus haut, Nikka est une des premières marques de whisky du pays. Elle a été fondée par notre fameux chimiste Masataka Taketsuru en 1934 sur l’île d’Hokkaido. Au fur et à mesure des années, les diverses créations signées Nikka se sont distinguées, aussi bien auprès du public que des professionnels.

Yamazaki

Première enseigne créée par Taketsuru dans les années 20 avec son acolyte, Shinjiro Torii, c’est aussi la première distillerie de whisky nippone. Depuis sa naissance, l’entreprise n’a cessé de croître et de se développer, tout en restant pionnière dans ses savoureux whiskies reconnus dans le monde entier.

Miyagikyo

Voici encore une distillerie que l’on doit à Masataka Taketsuru. Dans les années 60, il constata que son site de Yoichi avait atteint ses capacités maximales. C’est en 1969 qu’il trouva le lieu idéal pour créer la distillerie Miyagikyo : les montagnes au nord de l’île de Honshu. Cet endroit a retenu son attention parce que les conditions climatiques sont très proches de celles des Highlands en Écosse.

Suntory

Fondée en 1899, Suntory est la plus ancienne société de fabrication et de distribution de boissons alcoolisées au Japon. Elle n’était donc à l’origine pas spécialisée dans le whisky mais elle a pris le train en marche assez rapidement. L’entreprise s’associera à diverses autres distilleries pour lancer plusieurs whiskies différents au fil des décennies. L’enseigne commercialise également des boissons non alcoolisées.

Hakushu

La distillerie Hakushu est apparue en 1973, pour célébrer le cinquantenaire du whisky japonais. Elle lance son premier single mat en 1994. Hakushu appartient également au groupe Suntory.

JaponParis.fr